La dragée de Valence investit le marché de la nutrition santé

par Mélanie BAUDEMONT

Voilà une entreprise qui ne connaît pas la crise. Dans leurs nouveaux locaux, aux normes et plus spacieux, Jean-Yves Marion et Emilie Magnon s'étonnent encore des records historiques réalisés en Mars/Avril : "notre CA - majoritairement réalisé auprès des industriels de la boulangerie - a progressé de 25% entre le 1er janvier et le 30 avril sans nouveau clients significatif. En temps moroses, les viennoiseries du type Saint-Genix sont peut-être préférées aux desserts haut de gamme. Les recettes à base de pralines proposées dans les émissions culinaires télévisées ont aussi joué un rôle."

La souplesse de l'Artisanat au service des contraintes industrielles
Confiants même s'ils se méfient de "l'effet nouveauté", les deux associés espèrent beaucoup de leur nouvelle gamme de produits nutrition santé : l'aboutissement de 7 ans de travail avec un chirurgien de l'hôpital de Valence, dans le cadre d'un programme de malnutrition en Afrique. "Nous avons mis au point un process de fabrication pour enrober la spiruline - une micro-algue bleue très riche en fer et protéines - et lui ôter son goût désagréable. Le projet se finalise avec la transmission de notre savoir-faire et l'installation d'un atelier de dragéification au Burkina Faso."
En France, la commercialisation sera progressive mais devrait rapidement trouver sa place sur le marché : des barres de céréales à base de spiruline, des sirops de fleurs sans sucre, un gel à la stevia ou une confiture sans sucre anti-constipation n'ont encore aucun équivalent dans le commerce.

En savoir + : www.drageepraline.com

tl_files/photo-entreprise-une/DrageeValence.jpg

 

tl_files/photo-entreprise-une/IMG_5958.jpg

Revenir